Twister City

Bienvenue sur mon blog. BD, salsa, humour, cirque, cinéma, littérature, psychologie, musique, réflexions, discussions. Apprenons à être jazzycoolos...

05 décembre 2008

Equipements

Je suis claqué et je ne suis pas très enclin à discuter. Il s'assied en face de moi à son bureau et engage la conversation avec un sourire avenant.

Il est habillé avec un costard noir, une chemise blanche et une cravate quelconque, comme tous les commerciaux de cette boîte. D'ailleurs, l'étage du bâtiment pullule de ce genre de personne en uniforme.

Je ne me sens pas du tout à ma place. Mais malgré la fatigue et un programme potentiellement hostile pour ma journée, je suis zen.

Il me parle d'une mission dans une boîte que je ne connais que trop bien pour l'ambiance pourrie qui y règne. Il n'a pas l'air très assuré. Je pense que mon attitude très réservée le met mal-à-l'aise. Je m'en fous, je fais le minimum.

Après tout, j'ai rien de mieux à faire et ça ne sert à rien de l'arrêter là alors je fais semblant de m'intéresser à ce qu'il raconte. Je me mets en mode "spectateur".

Il me présente les projets et les postes ouverts pour cette mission. Comme d'hab', les projets semblent intéressants, mais j'ai appris à me méfier. Il s'agit de développer un zoom de caméra. Il me résume à peu près les besoins techniques et il me mets sous le nez une brochure.

"Cette caméra sera installée sur des équipements comme celui-ci...", me dit-il en montrant une des photos sur la brochure. Il me montre d'autres photos figurant d'équipements intégrant cette caméra.

Des équipements...

Je lève les yeux de la brochure pour mieux le mater : il doit avoir une trentaine d'année, un air sympa légèrement teinté de naïveté. Visiblement il est à fond dans son truc, mais je sens comme de l'hésitation dans son attitude.

Les équipements dont ils me parlent sont des fusils d'assaut, des hélicoptères de combat et autre matériel militaire. Soyons clair, il n'y a pas la moindre chance que je bosse dans ce milieu là.

Je ne sais pas quoi lui répondre, je suis trop crevé pour me lancer dans une discussion forcément stérile, je connais déjà sa réaction : "oui, mais ces équipements peuvent servir à effectuer des missions de sauvetage".

Bullshit.

Je lui dis qu'il devrait mieux s'informer sur les détails techniques de ce taf et que j'ai déjà une autre mission de prévue. Il bat en retraite et me félicite pour ma nouvelle mission. C'est cool, il va me lâcher la grappe.

Je me dis que ce genre de personne, derrière ce caractère sympa et fréquentable, cache un terreau dans lequel s'enracine la violence. Très indirectement, il en est complice. Intellectuellement, il est évident qu'il sait que ces armes servent à "tuer", sinon il n'utiliserait pas pudiquement le terme d'équipement. Il sait, mais il ne le sent pas.

Cette journée pourrait s'annoncer déprimante...

... ou pas.


Grogrommentaires

    ouah

    par Ariel, 06 décembre 2008 à 15:57 Citation

Poster un glapissement